• SIGNATURE

DÉCEMBRE #2 : les pères noël sont des ordures. (J - 5)



Au cours d'une discussion nous nous sommes aperçu, pourtant toutes saisons confondues, que nous ne faisions pas l'unanimité au sein de l'équipe pour attribuer indéniablement le "ho ho ho" au Père Noël. Car preuve en est, encore et toujours, à l’instar de l’autre barbu, ce dernier est au centre de débats. Que ce soit dans son existence auprès des enfants ou dans ses intentions auprès des plus grands (figure du rassemblement familial ou figure de surconsommation ? ). Personnage au ventre bien rond et aux joues rougit par le froid (on dit bien par le froid) le Père Noël est principalement reconnu pour sa bonhomie et sa générosité. Une générosité dont les parents se serviront une fois par an comme monnaie d’échange auprès de leurs enfants. La visite du père noël a un prix. « La bourse ou la vie » version infantile. Ceci dit le cinéma n’est pas très éloignée de cette expression lorsqu’il s’agit de dépeindre le Père Noël à mille lieues de son image habituelle. Un pêle-mêle de « Feel Bad Movie of Christmas » comme énoncé dans la bande annonce de « Millenium » de David Fincher.


À J-5 de cette année bouleversée, voici notre seconde sélection anti cliché de films de noël.


Nous ne pouvions commencer cette sélection sans le film qui a inspiré le titre de cet article. La France a son film culte et probablement par la même occasion le meilleur film de la troupe du Splendid. Le soir du réveillon de Noël une galerie de personnage seuls, médiocres ou tout simplement lâches vont vivre ensemble une soirée qui prendra la forme d’un jeu macabre où personne n’est épargné.

Film amoral où l’amusement réside dans la contemplation de personnages qui doivent évacuer un trop plein de médiocrité avant de retourner chacun à son point de départ. Rien de bien joyeux et pourtant le film est devenu au fil des ans l'une des comédies noires les plus appréciés du cinéma français.



Autre film qui abime la figure du Père Noël en y ajoutant la figure du psychopathe. Nous suivons l’histoire du petit Billy pour qui la période de Noël est marquée par un trauma. Entre viol et égorgement, Billy a une vision de Noël bien éloignée de celle des autres enfants. Nous y croisons un Père Noël de la pire espèce.

Ce n’était pourtant pas faute d’avoir été averti par le grand père tout aussi flippant de Billy.


Silent Night, Deadly Night c'est une saga de 6 films dont 1 remake. Il ne s'agit clairement d'un classique de l'horreur mais le premier volet conserve certains "plaisirs coupables".










C’est l’histoire d’une meurtrière en prise avec un père noël psychopathe. Adapté une première fois dans le super film à sketchs produit par la Amicus et magnifiquement réalisé par Freddie Francis (également chef opérateur connu pour "Les Nerfs à Vif" de M. Scorsese, "Elephant Man" de D. Lynch, "Les Innocents" de J. Clayton...), ce sketch sera lui-même ré-adapté par Robert Zemeckis pour un second épisode de la saison 1 des Contes de la Crypte.


Si on connait Zemeckis pour les films comme Retour vers le Futur ou Roger Rabbit, on prêtera au réalisateur en plus de sa folie, un humour particulièrement noir que l'on retrouve dans l'épisode des Contes de la Crypte. Par ailleurs c'est sa femme (Mary Ellen Trainor) qui interprètera le rôle principal de la meurtrière qui se fait malmener pendant 20 mn.





Dans 36 15 CODE PÈRE NOEL de René Manzor (frère de Francis Lalanne), un Père Noël psychopathe essaie de s’en prendre à un enfant qu’il ne fallait clairement pas emmerder. On reconnaîtra un mélange entre un conte de fée, « Rambo » et un « Maman J’ai Raté l’Avion » avant l’heure, film de Chris Colombus sorti 1 an plus tard.










Considéré comme un film prototype du slasher tel que nous avons pu le connaître avec des films comme Halloween, le film de Bob Clark prend pour scène une sororité universitaire qui reçoit les appels téléphoniques d’un pervers s’avérant être à l’intérieur de la maison.












Beaucoup moins connu mais véritable coup de cœur découvert il y’a peu The silent Partner 1978 réalisé par Daryl Dukes est brillamment scénarisé par le trop sous-estimé Curtis Hanson.


Un super thriller où nous assistons à la confrontation entre le guichetier d’une banque et un braqueur déguisé en père noël qui, chose rare, permettra à celui-ci de voler sa propre banque en étant au-dessus de tout soupçon.


On notera une belle interprétation d’Elliot Gould (acteur plus connu du grand public dans le rôle du père de Ross et Monica dans « Friends ») et un Christopher Plummer super flippant.

LOGO 2020_JAUNE(2).png

Le Z de zorro, la marque jaune de Black et Mortimer, le 

générique de James Bond : la véritable signature est celle qu'on 

retient. Notre studio a pour vocation de concevoir votre signature 

si vous la cherchez encore ou de l'affirmer haut et fort si vous en 

disposez déjà. 

Studio créatif à dominante audiovisuelle, SIGNATURE 

ce sont trois pôles. Le premier dédié à l'écriture et au 

rédactionnel, le deuxième à la création graphique et le troisième 

à la production audiovisuelle.

Entre ceux qui singent et ceux qui signent il n'y a qu'un pas.

  • Linkedin
  • Facebook
  • Instagram
Nocturne_edited.jpg

Derniers articles